GOOD LUCK de Ben Russell

GOOD LUCK de Ben Russell

(France, Allemagne)

synopsis
Tourné entre une vaste mine souterraine, propriété d'un État serbe ravagé par la guerre, et la chaleur tropicale du Surinam où travaille un collectif illégal de mineurs, Good Luck fait le portrait poignant de l'espoir et du sacrifice dans un temps de bouleversement économique mondial. S’ouvrant sur une plongée de 600 mètres dans les profondeurs de la terre, le film éclaire brutalement le vrai visage d’un travail soumis à des conditions d'un autre âge. En Serbie, le sifflement de l'oxygène transperce le grondement du diesel, les murs des bureaux vibrent d'explosions déclenchées deux niveaux au-dessous ; la lutte de ces mineurs, détruits, à moitié oubliés, trouve son reflet un continent plus loin, dans la chaleur du Surinam. Un liquide argenté s'écoule entre les mains d'un Saramaka marron qui mélange du mercure à la poussière – éternellement en quête de l’or. Modelé par ces contrastes entre lumière et obscurité, chaud et froid, Nord et Sud, Good Luck plonge le spectateur dans le fragile environnement naturel et social de deux groupes de mineurs, afin de mieux comprendre ce que ces hommes ont en commun. Où il est rappelé qu’à l’origine du Capital, il y a d’abord le travail des êtres humains.

fiche technique et artistique
langue - saramacca, serbe
durée - 143'
lieu du tournage - Surinam, Serbie
format - Super16mm

réalisateur - Ben Russell
producteur - Janja Kralj (KinoElektron)
co-producteur - Guillaume Cailleau (CaSk Film)
chef opérateur - Ben Russell
steady cam - Chris Fawcett
assistants opérateur - Ville Piippo, Hélène Degrandcourt, Guillaume Cailleau
son - Jakov Muni┼żaba, Simon Apostolou, Nicolas Becker
directeur de post-production - Fabien Trampont
montage - Ben Russell, Maja Tennstedt
étalonnage - Unai Rosende
ventes internationales - Stray Dogs